vendredi 31 janvier 2020

Le saviez-vous ? Il y avait un aérodrome à Saint-Léger-la-Montagne dans les années 50



Le saviez-vous ? Il y avait un aérodrome à Saint-Léger-la-Montagne dans les années 50

Firmin Voisin a réalisé un travail minutieux pour retracer cette fabuleuse aventure aéronautique du Bois des Échelles.

L’histoire surprend : un aérodrome a vu le jour dans les Monts d’Ambazac dans les années 50.
Membre du Conservatoire aéronautique du Limousin (CAL), Firmin Voisin reste un aiguilleur minutieux dans la recherche sur l’histoire de l’aviation limousine.
Avec le concours des anciens de l’aérodrome de Feytiat et de Jacques Cheymol, conservateur au CAL, il a terminé récemment, après six mois de recherches, un dossier surprenant. Il s’agit de la création en 1953 d’un aérodrome dans les Monts d’Ambazac, au bois des Echelles, sur la commune de Saint-Léger-la-Montagne. Un concept ambitieux plus spécialement dédié aux vols en planeur. C’était l’époque où l’aéro-club de Limoges et ses vélivoles rêvaient de battre les records de distance et d’altitude. Un enthousiasme répandu au pays de Maryse Bastié et relayé par la presse. Un article du Populaire du Centre du 3 octobre 1955, joint à la documentation de Firmin Voisin, relate cette ferveur de « voler plus haut et plus loin ». On y apprend que le maire de Saint-Léger-la-Montagne (alors âgé de 73 ans), pour célébrer l’inauguration le 2 octobre, prendra lui-même le baptême de l’air depuis cette piste située à 625 m, d’altitude permettant d’atteindre très vite les 2.000 m, selon l’aérologie locale.

Contraintes

Une foule nombreuse (habitants des communes voisines et élus du département) assistait à l’arrivée de l’avion remorqueur et du planeur effectuant un magnifique vol de pente. On visait à cette époque les 300 km en vol direct, ce qui conduisait jusqu’à Biarritz par exemple. Mais très vite, diverses contraintes du site feront capoter ces ambitions. Il manquait notamment 100 m de longueur de piste selon les normes imposées, puis une ligne électrique à haute tension nécessitait un balisage coûteux.
Un concept ambitieux plus spécialement dédié aux vols en planeur
Seul souvenir, une photo aérienne des années 60 trouvée par cet enquêteur et qui montre la trace des travaux de bulldozers, une bande de 500 m taillée dans ce massif haut-viennois. 12 hectares de parcelles avaient été achetés, ils seront plus tard revendus à la Safer en 1972. Firmin Voisin garde précieusement ce cliché, mais sans nostalgie.
Ce spécialiste explique que l’évolution technologique rapide des planeurs ne nécessitait plus d’utiliser de telles pentes.
Enfin, la proximité de Limoges-Bellegarde aurait rendu difficile la cohabitation avec le trafic actuel des avions de ligne.
Une brillante carrière

Depuis son premier vol de pilote à l’âge de 15 ans, en 1955, Firmin Voisin a tenu les postes les plus divers. A l’armée il ne pouvait se diriger autrement que vers l’aviation légère de l’armée de terre (l’Alat), puis il deviendra tour à tour pilote instructeur, aiguilleur du ciel à Bellegarde (4 ans à la tour de contrôle) et même enquêteur pour les accidents d’avion.

En tant qu’adjoint au chef de district aéronautique, il s’est occupé des sept aérodromes du Limousin ainsi que des héli-stations comme celle de l’hôpital de Sainte-Feyre. Avec le grade d’ingénieur divisionnaire du contrôle de la navigation aérienne, il a accompli un parcours de haut vol. Sa médaille nationale de l’aéronautique décernée par le ministère des Armées honore cette carrière.

lundi 25 novembre 2019

NOEL APPROCHE.....!

 Une bonne idée pour un magnifique cadeau de Noël !!!!! 

                   N'hésitez pas à nous contacter....





samedi 16 novembre 2019

REUNION du BUREAU /le jeudi 14 novembre.

Dans la salle attenante à l'atelier, malgré un froid de canard, tout le monde ou presque,était là...
corum atteint. 

la réunion présidée par Joel a débutée par l'approbation à l'unanimité du compte rendu de la réunion du trois juillet !....

Notre trésorier a fait part des résultats, en baisse légère, de la boutique des ailes à Legend'air 2019, peux etre du à un manque de stock; Faire des achats plus précoces.

le tour des chantiers a permis de faire le point sur leur état d'avancement et sur les difficultés rencontrées
le DJINN SO 1221:malgré plusieurs tentatives pas de démarrage complet de la turbine; problèmes avec les bougies et l'arrivée du pétrole, envisager une mise en pression du circuit...,
Le MS 733;radiateur d'huile a nettoyer et répare,r bloc freins réparés remontés, écrous de sécurité des axes de voilures à changer.( voyage à Roanne à prévoir)
accelerer le remontage des ailes...
le travail sur le moteur a beaucoup avancé, trouver des joints
Le PIPER ; l'IUT doit faire deux" demi trains"
le N1201 ; début de démontage des ailes gèné par la présence de rivets?


Les avions en état de vol
*Broussard:le Cdn est périmé, indisponible ce jour; visites règlementaires à faire
*Luscombe 14h effectuées grace à Annie lassechère, pas d'autres pilotes lachés.
à remotiver, surtout trouver un Instructeur.
il faudrait 30h environ pour une "rentabilité"
il se pose donc toujours le problème de son avenir !?


Projets de Restauration
*le plus ambitieux et le plus "glamour" le Beech 18 de Beauvais; complet restauré à 80%, prix attractif avec deux moteurs en container.
Mais problèmes de  transport exceptionnel (onéreux) et de place: dans les ateliers puis à Bellegarde...attendre.

*l'autre projet  est le Nord Vigie NC858  :dans les réserves du musée d' Angers, un doute persiste sur la convention:
 en serait on "usufrutié" ou propriétaire??
vote à main levé négatif dans ces conditions.et ......manque de place!

Robert Lafond nous promets une prochaine sortie de CARNET DE VOL avec un compte rendu très attendu de sa visite au  musée de l'air de Cracovie

 le doc

mercredi 9 octobre 2019

Les AILES LIMOUSINES à SARLAT...

le quatre aout a eu lieu le meeting de SARLAT -DOMME ( LFDS )
sur la commune de Domme (24)
sur cette photo nous reconnaissons Max et le MS 733 de cognac qui a appartenu à des membres des ailes Limousines..
le programme était très étoffé
 avec en vedettes le Yak  3 de Stéphane CANU qui a fait rugir ses 1400cv ...
 et le  falcon 50 marine....une rareté dans les meetings..

 pour les avions anciens = le bucker  de gilles TATRY...belle démo de voltige douce

 le T6G de Mr DUCLOS conservatoire d' aquitaine

le broussard des ailes limousines, le NC 856 s de l'aspan

la voltige a eu de nombreux représentants
Le sukkhoi 26 du corrèzien georges Muzergues...

 le CAP 20 N°3 venu de Dole dans le jura...

 le capitaine Orlovski de l'EVAA, dans ses oeuvres ! qui s'est tité la bourre avec l'EXTREM 300de Michel berger
Le zlin  526 AKROBAT ...de notre berrichon préféré: J Habert.
la patrouille de Falco de Mrs Duclos et Delpech.Belle .démonstration de vol serré en formation.

le doc
désolé  pour le retard
que les participants pensent à me faire parvenir des documents : textes,photos...




vendredi 27 septembre 2019

Le RAID LATECOERE 2018....MAX FAIT SON CINEMA

 Nous y étions...la magie a de nouveau opéré et le petit prince nous a entrainé sur les traces des pionniers , nous avons remonté le temps.
les spectateurs présents dans la salle de l'aéroclub du Limousin  ce vendredi 27 septembre au soir ont pu visionner un film de 40 minutes réalisé par et pour "les AILES LIMOUSINES" ;Sur les aventures de MAX et de son équipage dont quatre des cinq pilotes étaient présents.
cinq pays, 58 heures de vol,10 000 kms, des souvenirs merveilleux...Nous ne transportons pas du papier , a dit saint ex ;nous relions les hommes.



Jean Charles Frodon saquet a, avec les autres participants,  pu répondre aux nombreuses questions 



Puis ce furent les agapes:  une bonne choucroute très bien garnie:une excellente organisation de l'aéroclub, merci aux cuisinières!!

Ce DVD est disponible auprès des ailes limousines pour la très modique somme de 15€

le doc